IMG_2451

Etape 7: Cantabrie-Asturies (aventures)

Nous avons maintenant un rythme d’environ 20km par jour beaucoup plus qu’au début où nous dépassions rarement les 12km/jour. Nous avons rencontré aussi des personnes supers, et des personnes moins supers, mais toujours assez bien reçus dans les lieux que nous parcourons. Nous avons dormi à différents endroits dans des prés la plupart du temps, dans les jardins de maisons abandonnées. Les nuits commencent à se rafraichir et nous avons acheté des petits manteaux pour Gladisse et Bayat qui dorment au chaud maintenant! Nous sommes passés par Laredo et nous nous sommes rapprochés de Santander qu’on redoutait aussi un peu. Nous avons fait une pause juste avant, à Somo où les pèlerins sont censés prendre le bateau pour passer à Santander (ce qui n’est pas possible pour nous bien sûr même avec un super Fernandel). A Somo, Arthur a trouvé un endroit parfait pour dormir: juste à côté de la plage, cachés dans la forêt d’eucalyptus, nous avons passé 2 nuits et une journée entière! c’était magique! Nous étions dans un endroit où les plages étaient très prisées des surfeurs. Une grande population de surfeurs se trouvaient donc là… Nous avons fait la fête avec eux le vendredi soir dans un endroit trouvé par hasard où nous nous sommes rendus, guidés par le son de la musique. Un bar en extérieur tenu par deux jeunes qui nous ont offert des coups à boire (et comme nous ne buvons quasiment plus, ça a bien fonctionné!) et nous avons fait la fête et dansé comme des fous une bonne partie de la nuit… Ça fait du bien de danser!!

Le lendemain a été dur dur car nous sommes partis tôt, nous avons contourné Santander et nous avons rencontré un homme assez incroyable: José. Il a voyagé pendant 3 ans avec ses chevaux du Texas jusqu’en Amérique du sud et nous a accompagnés jusqu’à l’auberge de la petite ville. Il nous a offert à boire et a appelé l’aubergiste qui ne répondait pas, il a donc négocié avec la police pour que nous puissions dormir à côté du parc pour enfant. Puis il nous a promis de revenir avec une bonne tortilla préparée par sa femme Maïté. Un monsieur est ensuite venu vers nous et nous a demandé si nous attendions pour l’auberge… L’hôte de l’auberge s’est présenté et nous a fait entrer, nous a tout expliqué et est reparti chez lui en nous laissant les clés! c’est la premiere fois que nous étions tout seuls dans une auberge! José est revenu avec sa femme et la délicieuse tortilla. Il nous a appris qu’Avoy, l’hôte de l’auberge avait fait 35km pour nous ouvrir et 35km pour repartir! Ça c’est de l’accueil! Nous avons donc très bien mangé et très bien dormi ce jour là et en plus nous avons rencontré encore une fois des gens incroyables! José est revenu le lendemain matin nous apporter les croissants et quelques conseils pour la route! On le remercie donc beaucoup ainsi que sa femme et Avoy pour leur gentillesse et leur aide!! Nous avons ensuite continué à bien avancer et nous avons filé en direction des Asturies!! Une nuit, nous avons dormi dans un champ et nous y avons rencontré le propriétaire, un agriculteur, José Antonio avec qui nous avons sympathisé, ses petits garçons le suivaient, l’ont aidé et nous ont apporté du maïs pour nos animaux. On leur a ensuite fait faire une petite ballade à dos d’âne qu’ils ont beaucoup aimée. Cette rencontre a aussi été très chouette!

En chemin le lendemain nous avons rencontré Clément étudiant en 9ème année de médecine (pour ainsi dire déjà médecin). Nous avons beaucoup échangé avec lui sur la pratique de la médecine conventionnelle qu’il remet peu à peu en question. Il commence à connaitre la médecine énergétique et Arthur lui a même fait une petite séance sur le bord d’une route! Clément travaille beaucoup sur l’autonomisation des patients. Il considère en effet que les patients sont complétement dépendants de la parole du médecin (et ce, quelque soit le type de thérapeute) et totalement passifs face à leur propre guérison. Il s’intéresse donc au concept de démocratie sanitaire et de santé communautaire qui vise une politique de santé publique qui va du bas vers le haut, dans laquelle les décisions sont donc prises par la population concernée et non par ceux qui sont en dehors des réalités sociales. Il aimerait que les politiques publiques prennent mieux en charge la promotion de la santé qui est décrite dans la charte d’Otawa de 1986 et qui a été ratifiée par nos États sans cependant que les systèmes de santé n’aient réellement changé. Il est dans une démarche compréhensive du patient (en tout cas essaye de l’être) et souhaiterait rendre sa pratique médicale plus humaine notamment en offrant au patient de vraies consultations d’une heure environ… Il ne veut cependant pas sortir du régime de sécurité sociale où même ceux qui ont de faibles revenus peuvent venir se faire soigner… il est donc en plein questionnement quant à la façon dont il peut pratiquer son métier tout en gardant son éthique et en pratiquant « un autre soin » de la manière la plus cohérente possible. Cette rencontre a été très riche et nous avons beaucoup échangé pendant cette journée. Nous avons dormi ensemble dans un champ prés de Comillas et nous sommes quittés le lendemain. Nous avons ensuite passé les villes de Saint Vicente de la Barquera et de Unquera pour entrer…. Dans les Asturies!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>