Solstice au temple du soleil

Le Be-in festival (soin et bien-être)

C’est à la Casa Colorida que nous avons entendu parler du Be-in festival. Un des résidents y était invité pour faire parti de leur team “communication”. On a vu le programme (qui est visible dans le diaporama) et on s’est dit qu’on ne pouvait pas rater ça. On a demandé aux wwoofers de la Colorida s’ils pouvaient s’occuper des trois animaux pendant nos 4 jours d’absence. Ils ont dit oui, pas de problèmes. On a acheté nos billets, fait notre itinéraire pour y aller et c’était parti. Le festival de la médecine alternative au Portugal n’allait pas faire sa première édition sans nous !!

Le festival en question a lieu sur le même site que le Boom festival qui est quant à lui basé sur la thématique de la musique transe. Ce sont les mêmes organisateurs qui ont décidé de créer un autre genre de festival : le Be-in. Il est organisé autour de la célébration de l’équinoxe d’été et regroupe pendant 4 jours de nombreux thérapeutes proposant différentes techniques de soin aussi bien ancestrales (médecine ayurvédique, médecine chinoise…) que beaucoup plus moderne (biodanza, rebirthing…). Ces techniques peuvent avoir pour outil la danse, la musique, la respiration, les relations à l’autre et avec nous même, et souvent tout cela en même temps.

Le lieu est très beau. Situe au bord d’un lac, c’est un grand espace naturel avec des structures artistiques en matériaux souvent du coin, bois, terre ou autres. Beaucoup d’espaces sont crées pour que chacun durant les quatre jours du festival puisse explorer, découvrir et évoluer à son rythme dans les différents recoins de ce village éphémère. Découvrir au fur et à mesure, jour après jou,r ce qu’offrent ces espaces, est un vrai plaisir et les atmosphères y sont bien distinctes selon ou l’on se trouve. En repartant plusieurs structures nous étaient totalement familières, d’autres moins. Nous y avons fait des rencontres, dansé pendant des heures, médité, dormi, manger ou encore explorer des sensations jusqu’alors inconnues.

Lorsque l’on passait le « Puja » où nous allions tous les matins pratiquer divers types de yoga, la zone d’ « alimentation consciente » où nous nous régalions de plats locaux et végétariens de bonnes qualité, et la scène ou avait lieu les concerts, nous arrivions enfin a la zone de soin. Dans cette zone se trouvait alors le Dôme, la maison en bois sur pilotis réservée aux pratiques en groupe, le temple du son ou les harmonies sonores faisaient vibrer les lieux en permanence, harmonies que nous pouvions aussi bien écouter tout en se baignant dans le lac ainsi que les tentes de Temascal devant lesquelles chauffaient les pierres « cœur de la terre-mère » qui allaient la nuit tombée chauffer a leur tour les corps et les esprits de ceux s’aventurant dans ces tentes de sudations aux vapeurs salvatrices… Bien d’autres structures emplissaient ces lieux mais je ne vais pas ici tout dévoiler !
En voyant le programme nous nous sommes d’abord dit qu’il fallait que l’on s’organise bien. Il y avait tellement d’activité que nous ne pourrions jamais tout faire. Nous nous sommes donc fait notre programme perso en fonction de ce que nous ne voulions pas rater. Et quel programme ! Le premier soir nous nous sommes directement séparés, moi je suis allé dans un cercle de femme qui avait pour but l’ouverture du chakra racine, l’acceptation du corps féminin et beaucoup d’autres thèmes autour de l’identité féminine, sa libération et du rapport au masculin. Pendant qu’Arthur, lui, participait à un cercle d’homme pour la pratique du Temascal qui fut pour lui une expérience de renaissance. Les vapeurs chaudes, les chants traditionnels natifs-américains (du nord comme du sud) qui permettent la connexion avec les esprits, l’échange d’énergie avec tous ces inconnus et ces pierres qui vont fumer ces plantes au cœur de la terre nettoient en profondeur le corps et l’esprit. Cela dur presque 2 heures et ensuite tout le monde sort et va prendre un bain froid dans le lac. J’ai participé aussi à un Temascal le lendemain soir j’en avais pour ma part déjà fait l’expérience au Mexique et ça m’a rappelé de très bon souvenirs. Le premier soir, en attendant qu’Arthur sorte de la fameuse tente, je suis allé à la Biodanza, qui est une technique de danse libre mais guidée en collectif et pour entrer en contact avec l’Autre sans peur et sans masque. C’était une pratique très intéressante aussi que je ne connaissais pas auparavant. Je ne vais pas tout décrire car ce serait beaucoup trop long …

En résumé on a participé a de très nombreux ateliers, pratiqués des techniques de respirations, de yoga, de soins par les sons, vu des conférences sur la nutrition, assisté à des concerts de percussions, ou de musique transe, on s’est baigné dans le lac, baigné dans la boue fait des rencontres fabuleuses, enfin ce fut pour nous une expérience forte qui nous a beaucoup enrichi. Là-bas et comme beaucoup d’entre les participants nous avons touché de très près la liberté. Le lieu était fait pour offrir un cadre sécurisant aux participants pour qu’ils puissent exprimer sans crainte ce qu’ils sont à l’intérieur. C’est le principe de la transe. Les cérémonies traditionnelles de transe sont basées sur la répétition d’un rythme. Le rythme ainsi répété donne à tous une base inchangée, où il y a un repère bien concret auquel l’esprit peut s’accrocher. Le « toum toum toum » des percussions ou des basses est un lieu qui devient connu et qui est alors sécurisant, les personnes peuvent ainsi partir dans d’autres sphères de conscience sans peur: ils ont toujours ce repère qui les soutient dans leur voyage. Le Be-in fonctionne ainsi grâce d’une part à la musique employée (souvent de la transe ou dérivé), au lieu en lieu-même qui propose divers espaces intimes ou collectifs, ainsi qu’aux thérapeutes qui guident le temps du soin les participants.

Ces derniers nous les avons rencontrés, pas tous bien sur, mais certains. Ils ont bien voulu jouer le jeu de répondre a nos questions (celles d’Arthur qui s’est chargé de réaliser les entretiens et d’aller à la rencontre de ces différents guérisseurs) nous avons ainsi recueilli leur point de vue, et leur définition d’ « un autre soin » que nous nous ferons un plaisir de partager.Il y en aurait à dire tant et plus mais je vais m’arrêter la.

Ce festival nous a donc apporte énormément, plus que ce que l’on peut conter ici, c’est une expérience à vivre, qui peut faire sauter les barrières et guérir les cœurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>